Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La Fin du Film « Elvis » (2022) de Baz Luhrmann

La fin du biopic de Baz Luhrmann de 2022, « Elvis », se concentre sur l’une des dernières performances d’Elvis Presley. Elle met en lumière son héritage durable et son talent musical, plutôt que les détails tragiques de son déclin.

Le film « Elvis » de Baz Luhrmann offre un portrait vibrant du Roi du Rock and Roll. Avec Austin Butler dans le rôle d’Elvis et Tom Hanks dans celui de son manager, le Colonel Tom Parker, le film couvre la vie d’Elvis de ses premières années à ses derniers jours. La fin est particulièrement poignante, encapsulant l’essence du parcours d’Elvis.

La Dernière Performance

Le climax de « Elvis » se concentre sur une reconstitution de l’une des dernières performances d’Elvis Presley, qui a eu lieu seulement six semaines avant sa mort. Le film montre Elvis chantant « Unchained Melody » lors d’un concert à Rapid City, dans le Dakota du Sud, le 21 juin 1977. Cette performance est largement considérée comme l’un des derniers grands moments de sa carrière. Malgré sa santé déclinante, Elvis livre une interprétation puissante de la chanson, démontrant son talent et sa passion pour la musique (Screen Rant).

Dans le film, l’interprétation de ce moment par Austin Butler est remarquablement précise. L’acteur porte des prothèses pour refléter l’apparence plus lourde d’Elvis à l’époque. La scène est un témoignage de la résilience d’Elvis et de sa capacité à captiver le public même dans ses derniers jours. Le choix de terminer le film avec cette performance souligne l’idée qu’Elvis doit être rappelé pour sa prouesse musicale et non pour les circonstances de sa mort (Screen Rant).

Focus Thématique

Plutôt que de s’attarder sur les aspects plus sordides de la vie d’Elvis, comme sa dépendance aux drogues et ses problèmes de santé, le film de Luhrmann met l’accent sur l’impact durable du chanteur sur la musique et la culture. La décision de conclure avec « Unchained Melody » sert de rappel de l’héritage durable d’Elvis. Cette approche s’aligne avec la narration globale du film, qui met en lumière le parcours d’Elvis, d’un artiste vibrant et révolutionnaire à un interprète en difficulté qui n’a jamais perdu sa capacité à émouvoir le public (Screen Rant).

Le film aborde également les peurs d’Elvis d’être oublié. Dans une scène poignante, Elvis exprime son anxiété concernant son héritage, craignant qu’il ne soit rappelé que pour son déclin. Cette peur est juxtaposée à la performance puissante de « Unchained Melody », qui sert de contrepoint, affirmant que la musique et l’influence d’Elvis perdureront effectivement (Looper).

Le Rôle du Colonel Tom Parker

L’interprétation de Tom Hanks du Colonel Tom Parker est centrale dans la narration du film. Parker, le manager de longue date d’Elvis, est dépeint comme une figure manipulatrice qui a joué un rôle significatif à la fois dans le succès du chanteur et dans sa chute éventuelle. Le film commence et se termine avec Parker, encadrant l’histoire de son point de vue. Ce choix ajoute une couche de complexité à la narration, car les actions et les motivations de Parker sont scrutées tout au long du film (Roger Ebert).

Dans les scènes finales, le film révèle l’étendue du contrôle de Parker sur Elvis, mettant en lumière l’exploitation financière du manager et l’impact que cela a eu sur la vie d’Elvis. L’épilogue fournit un contexte supplémentaire, notant que les antécédents de Parker et ses malversations financières n’ont été pleinement découverts qu’après la mort d’Elvis. Cette révélation ajoute un sentiment de clôture à l’histoire, soulignant la nature manipulatrice de la relation de Parker avec Elvis (Looper).

Techniques Cinématographiques

Le style visuel distinctif de Baz Luhrmann est évident tout au long de « Elvis », et la fin ne fait pas exception. Le film utilise un mélange d’images d’archives et de reconstitutions dramatiques pour créer une expérience vivante et immersive. L’utilisation de véritables images de la dernière performance d’Elvis ajoute un poids émotionnel à la conclusion, offrant un contraste saisissant avec les scènes dramatisées qui la précèdent (The Wrap).

Le travail de la directrice de la photographie Mandy Walker est également remarquable. Elle utilise différentes lentilles et techniques d’éclairage pour refléter les diverses étapes de la vie d’Elvis. La dernière performance est filmée avec un sentiment d’intimité et d’immédiateté, capturant l’émotion brute du moment. Cette approche renforce le focus thématique du film sur le talent et l’héritage durables d’Elvis (IndieWire).

Réception Critique

La fin de « Elvis » a reçu des réactions mitigées de la part des critiques. Certains louent le film pour sa conclusion audacieuse et émotionnelle, tandis que d’autres le critiquent pour avoir occulté les aspects plus troublants de la vie d’Elvis. A.O. Scott du New York Times note que le film oscille entre « révisionnisme glib et mythologie zombie », luttant pour équilibrer sa représentation d’Elvis à la fois comme une icône culturelle et une figure tragique (The New York Times).

Malgré ces critiques, le film a été reconnu pour son ambition et son style. Il a reçu huit nominations aux Oscars, dont celle du Meilleur Film, soulignant son impact et son importance dans le domaine du cinéma biographique (Screen Rant).

Conclusion

La fin de « Elvis » de Baz Luhrmann est un hommage puissant et approprié au Roi du Rock and Roll. En se concentrant sur l’une des dernières performances d’Elvis, le film met en avant son héritage durable et son talent musical, plutôt que les détails tragiques de son déclin. Cette approche s’aligne avec la narration globale du film, qui cherche à célébrer les contributions d’Elvis à la musique et à la culture tout en reconnaissant les complexités de sa vie.

Grâce à son style visuel distinctif et à sa narration émotionnelle, « Elvis » offre une perspective fraîche et convaincante sur la vie de l’une des figures les plus emblématiques de la musique populaire. La conclusion du film sert de rappel poignant de l’impact durable d’Elvis, assurant qu’il sera rappelé non pas pour la façon dont il est mort, mais pour la façon dont il a vécu.

Références

Espagnol Italien Anglais

Movies selected 4 You

Films

12 Juin 2024

V/H/S 99 : Une Anthologie Horrifique

Films

12 Juin 2024

Meurtres sans ordonnance : Analyse et Résumé

Films

12 Juin 2024

La Fin de L’École du bien et du mal

Films

12 Juin 2024

Le Mauvais Esprit d’Halloween : Résumé et Analyse

Films

11 Juin 2024

Raymond & Ray : Analyse et Critique

Films

11 Juin 2024

Rosaline : Une Nouvelle Vision de Roméo et Juliette